Vers site Nicaragua
Informations sur le Nicaragua

Vers hôtel
Louez votre bungalow

Vers infos
Autres informations


___________________________________________________________________________________________________________

Index Renseignements généraux Préparer son voyage
Le Nicaragua A voir au Nicaragua Les photos
Apprendre l'espagnol au Nicaragua Investir au Nicaragua Liens Plan du site

___________________________________________________________________________________________________________

Les anti moustiques

Les produits anti-moustiques par ABE

Résultats: TRES EFFICACE

Aucun anti-moustique ne protège aussi longtemps que ce qui est écrit sur la notice. Divisez ce temps par deux.
Faites attention : ces produits ne sont pas inoffensifs. Il ne fait pas les ingérer (donc ne pas en mettre sur les mains des enfants). Ils ne sont pas recommandés du tout pour les femmes enceintes et celles qui llaitent. Portez des vêtements clairs, les vêtements foncés attirent les moustiques.
Si vous vous faites piquer, mettez du vinaigre, cela calme les démangeaisons.
Quatre produits sont jugés très efficaces, ce sont les quatre produits qui contiennent du DEET.

Anti Brumm Forte, vendu en pharmacie à 8 CHF 60/100 ml. Notre testeur n’a été piqué que 4 fois après la huitième heure d’exposition. Avant ce stade, les moustiques ne se seront que rarement posés sur la peau, sans faire de mal.

Anti Insect Extra, vendu à la Migros au prix de 4 francs 50/100 ml. Une piqûre à la septième heure et deux à la huitième. Un total de trois piqûres en huit heures d’exposition.

Exopic Forte 12 Spray, vendu en pharmacie à 14 francs 80/100 ml. Il aura fallu attendre la septième heure pour que notre testeur soit piqué à cinq reprises.

Kik Activ, vendu en grandes surfaces au prix moyen de 8 francs 15/100 ml. Une première piqûre à la cinquième heure et trois après la sixième heure. On peut donc aussi qualifier ce produit de très efficace.


Résultats: EFFICACE

Trois produits sont jugés simplement efficaces.
Globalement, il n’y a pas grand chose à leur reprocher, si ce n’est que leur efficacité dépendra de votre transpiration.

Autan Active Pump Spray, vendu en pharmacie à 12 francs 80/100 ml. Sur notre sujet, une piqûre après deux heures et trois après cinq heures.

Anti Brumm naturel, vendu en pharmacie au prix de 9 francs 95/100 ml. C’est le seul produit sans agent actif synthétique qui peut être considéré comme efficace. La transpiration de notre sujet a toutefois attiré les moustiques assez vite: une piqûre après une heure, une autre après quatre heures et quatre encore après la cinquième heure.

Exopic 8 Spray, vendu en pharmacie à 14 francs 45/100 ml. Une piqûre après une heure, quatre après quatre heures, et quatre autres à la cinquième heure.


Résultats: INEFFICACE

Enfin, trois produits terminent en queue de classement. Ils sont jugés inefficaces.

Mousti Fluid Eau Protectrice, vendu en pharmacie au prix de 13 francs 20/100 ml. En deux minutes, notre testeur a été piqué huit fois, alors que la bouteille nous promet une protection pendant six heures.

Mais il y a pire: Dapis Gel, vendu en pharmacie à 24 francs 50/100 ml. Cinq piqûres en une minute! C’est un produit 100% naturel.

Phytopharma Anti-Moustiques, un produit partiellement naturel, vendu en pharmacie au prix de 9 francs 95/100 ml. En une minute, notre sujet a été piqué à huit fois. C’est le record !


Informations générales sur les moustiques

Ils attaquent dès le soleil couchant, le plus souvent discrètement, mais le bruit de leurs ailes peut aussi nous agacer dans la nuit et nous signaler, qu’à la première opportunité, ils viendront prélever quelques gouttes de notre sang.Les moustiques aiment la chaleur et l’humidité. Ils ont colonisé toute la planète à l’exception des régions perpétuellement froides comme on en trouve dans l’antarctique. Les plus communs de ceux que l’on trouve chez nous vivent en moyenne un mois, mais certaines variétés hibernent et peuvent atteindre l’âge de six mois. Ils ont bien quelques prédateurs comme les araignées, les chauves-souris, les oiseaux, mais leur multitude et leur rapidité de reproduction les mettent à l’abri de l’extinction. L’homme est aussi un prédateur sérieux, mais, comme les bactéries, le moustique est capable de développer des résistances. Avant de tester l’efficacité des répulsifs qui existent sur le marché, nous allons observer d’un peu plus près quelques membres de l’ordre des Diptères.Le moustique, l’insecte que tout le monde a écrasé au moins une fois dans sa vie, un insecte vieux de 400 millions d’années. Il a conquis la terre ferme bien avant l’homme. Et cela, même s’il est conçu dans l’eau, propre ou polluée, et prolonge sa vie dans les airs. On compte aujourd’hui plus de 3000 espèces différentes, ce qui représente plus des deux tiers du règne animal.

Jean-Paul Haenni est biologiste au Musée d’Histoire Naturelle de Neuchâtel, spécialiste en insectes. Pour étudier le moustique, il en ramène régulièrement de ses différentes promenades, en Suisse ou ailleurs. Actuellement, dans son musée, il entretient même une colonie de moustiques, des culex pipiens, l’espèce la plus fréquente en Suisse et en Europe.
Au stade larvaire, mâles et femelles sont similaires. Il faut attendre la métamorphose de la larve en nymphe pour que les deux sexes se différencient. Contrairement à la femelle, le mâle fait apparaître des antennes plumeuses. Ces récepteurs sensoriels lui permettent d’être sensibles au bruit des femelles lorsqu’elles volent. Son but sera alors de remplir son rôle biologique, cadeau à l’appui. Après l’accouplement, la femelle a besoin d’un apport supplémentaire en protéines pour mener ses œufs à maturité. Elle part donc en quête de chair fraîche pour se gorger de sang. Ces dames visent les vertébrés ou parfois des oiseaux ou des grenouilles. Mais une chose est sûre, leur péché mignon, c’est le sang de l’être humain. En fait, chaque fois que vous avez été victime de la piqûre d’un moustique, vous avez contribué bien malgré vous à la survie de l’espèce.

Si on ne sait pas exactement quel est l’angle de vue d’un moustique, on sait que les mouvements et les couleurs sombres l’attirent. De même que certains types de transpirations. On dit souvent qu’il y a des sangs ou des peaux à moustique. Mais, en réalité, il n’y a que des transpirations à moustiques. C’est votre système hormonal qui dicte la loi. Une manière élégante de dire qu’on ne naît pas tous égaux devant un moustique.
Les mâles, eux, ne piquent jamais. Ils se nourrissent essentiellement de nectar de fleurs et mènent une vie un peu monotone, au cours de laquelle ils ne s’accouplent généralement qu’une seule fois. La femelle, elle, peut être fécondée jusqu’à trois fois, pour autant, bien sûr, qu’elle ait pu vous piquer sans être écrasée pendant sa manœuvre. Après quoi, son besoin sera de viser un plan d’eau pour déposer ses œufs, entre 50 et 300, selon l’espèce.

En résumé, les mâles ne piquent pas, sauf chez les moustiques hématophages qui se nourrissent du sang des mammifères. Sous nos latitudes, les femelles ne piquent donc que pour assurer leur descendance, pas pour se nourrir. Ce qui provoque le bouton, c’est-à-dire l’inflammation autour de la piqûre de l’insecte, c’est la substance anesthésique qu’il dépose pour que la ponction soit indolore et qu’on ne l’écrase pas. Si le moustique s’était arrangé pour que cela ne provoque pas cette réaction, on le laisserait bien volontiers prélever un peu de sang pour ses petits, mais voilà, ça démange et on n’aime pas ça! L’autre problème, ce sont les maladies véhiculées par les insectes. En piquant, ils peuvent transmettre des parasites, des virus ou des bactéries. La maladie la plus connue et la plus meurtrière transmise par les moustiques est la malaria. Il faut savoir qu’elle a sévi chez nous jusqu’au début du 20ème siècle. On trouvait des moustiques porteurs de la malaria dans le sud de la France et jusque dans les marais en Suisse. Ce n’est qu’en les asséchant et en ayant recours à des insecticides à grande échelle, que l’on a pu se débarrasser du paludisme en Europe. Ailleurs, il continue à sévir. Sous nos latitudes, le moustique n’est pas dangereux, mais plus l'on monte vers le nord, plus il peut être énorme et attaquer en nuée.

Le moustique n’est l’ami de personne. En Finlande, on consacre même le meilleur tueur de moustique du pays. Un concours pour le moins insolite qui démontre bien que cet insecte est une menace, dont il faut parfois se venger.
Les Etats-Unis ont vécu leur psychose du moustique il y a plusieurs années. La cause? Le virus du Nil, un virus meurtrier pour l’homme, transmis par des moustiques qui se nourrissent d’oiseaux en provenance d’Afrique ou d’Asie. A grand coup d’insecticides, la police s’est lancée à l’assaut de l’insecte. Mandat de perquisition à l’appui, elle a même fouillé des logements pour rechercher d’éventuels nids à moustique. Mais le moustique fait principalement d’autres ravages, dans les régions tropicales et subtropicales, là où les ménages conservent leur eau et où l’évacuation des déchets est insuffisante.

Parmi les plus connues, il y a la dengue, une maladie infectieuse qui peut être guérie si l’on s’en occupe tout de suite et de manière intensive. Et puis, il y a la fièvre jaune, une maladie virale pour laquelle on a trouvé un vaccin.
Mais il est un mal encore indompté, transmis par les moustiques anophèles, c’est la malaria ou paludisme, la maladie parasitaire la plus fréquente et la plus meurtrière au monde. Chaque année, le palu, comme on dit, tue près de deux millions de personnes, essentiellement des enfants de moins de 5 ans et des femmes enceintes.
En piquant l’homme, le moustique injecte le parasite. Il migre vers le foie, via la circulation sanguine. Là, il se divise pour donner naissance, en quelques jours, à des milliers de nouveaux parasites qui envahissent votre corps.
Jusqu’ici, se cacher sous une moustiquaire est la méthode la plus sûre pour se protéger de la maladie. Mais ce n’est pas vraiment la solution. Il existe des traitements de prévention, voire même des médicaments capables de ralentir le processus de la maladie, mais aucun vaccin n’a été trouvé jusqu’ici.

Au CHUV à Lausanne, Bernard Genton est spécialiste des maladies tropicales. Au Service des vaccinations, il reçoit en moyenne 100 personnes par jour qui partent dans des régions à risque. Pour la malaria, par exemple, il ne peut proposer que des médicaments préventifs et conseiller de dormir avec des vêtements longs et des moustiquaires.Pourtant, un vaccin, on y court après partout dans le monde. Comme ici, à Lausanne, à l’Institut de biochimie de l’Université. Giampetro Corradin et son équipe y travaillent depuis plus de 20 ans. Sur place, ils entretiennent une colonie de moustiques parce que c’est le seul moyen de maintenir un cycle de malaria. Comme pour tout vaccin, c’est avec le parasite lui-même que l’on travaille.

On y élève des colonies d'environ 2000 à 3000 moustiques. Une partie va être utilisée pour maintenir le stock de moustiques et une autre partie pour la recherche que l’on est en train de développer. Dans ces élevages, les moustiques sont encore sains. C’est en piquant des souris endormies et infectées de malaria que les insectes attraperont à leur tour la maladie. Cela prend environ 18 ou 20 jours pour que les moustiques développent la malaria au niveau des glandes salivaires.
On prend les sporozoïtes pour faire différentes recherches. Les sporozoïtes, ce sont les parasites agents du paludisme. En les analysant, on cherche une protéine sur 5000, celle sur laquelle on va travailler pour la mise au point d’un vaccin. Il faudra ensuite la tester sur des souris, avant de passer à des essais sur l’être humain.
Et lorsque l’on déniche une éventuelle solution en Suisse, rien n’indique qu’elle sera efficace dans les régions tropicales, où les conditions de vie sont différentes. Tant qu’un vaccin n’est pas trouvé, la maladie continuera de tuer.

La lutte contre la malaria se heurte à de nombreux obstacles. Le moustique développe des résistances aux insecticides. Le parasite de la malaria, lui aussi, intègre des mutations qui le rendent résistant aux médicaments et, comme la malaria touche essentiellement les pays les plus pauvres de la planète, la recherche dans ce domaine n’est pas une priorité de l’industrie pharmaceutique. Si la lutte contre le paludisme avait obtenu la moitié de ce qu’on a mis dans la recherche contre le sida, il est probable que l’on disposerait aujourd’hui d’un vaccin efficace. Le seul moyen actuellement de se prémunir, en plus de la prophylaxie recommandée pour les pays à risque, c’est de multiplier les obstacles entre l’homme et l’insecte: se couvrir, dormir sous une moustiquaire, s’enduire et enduire la moustiquaire de produits répulsifs appelés aussi repélants. Nous avons acheté 14 de ces anti-moustiques disponibles sur le marché romand, 10 sont à appliquer directement sur la peau, les 4 autres sont des diffuseurs d’insecticides à brancher dans une prise électrique. C’est l’Institut tropical suisse à Bâle qui a effectué pour nous les analyses d’efficacité.

D'abord, les sprays et autres lotions à appliquer sur la peau. Sur nos dix anti-moustiques de ce type, deux sont composés d’extraits naturels.
Tous les autres sont composés de substances synthétiques, notamment, pour 4 de nos produits, du DEET, le diminutif de diethyl-toluamide, une substance neurotoxique.
Aucun de ces produits ne tue les moustiques. Ils les éloignent de leur proie. Pas de réels dangers à l’application. Seules les muqueuses de la peau peuvent être légèrement endommagées par le DEET. Mais, pour en arriver là, il faut en appliquer plusieurs fois par jour pendant une très longue période.
Avant de connaître l’efficacité de ces produits, nous avons demandé au professeur de pharmacologie de l’Uni de Lausanne, Jacques Diezi, s’ils contenaient des substances dangereuses: "C’est une substance qui est toxique à l’égard du système nerveux à dose élevée. Mais une utilisation limitée en surface et en durée, et qui s’applique le moins possible à des enfants en bas âge, fait que les risques sont faibles."

Pour ce test, 10 volontaires se sont enduit les bras de nos produits une heure avant le début des opérations. Ils se sont caché les mains pour ne pas avoir à subir des piqûres entre les doigts spécialement désagréables. Et hop… ils ont plongé dans la gueule du loup. En l’occurrence, des cages contenant entre 200 et 300 moustiques, des mâles comme des femelles. C’est cruel, mais pour Werner Rudin, c’est le seul moyen de comprendre le comportement des moustiques...
Bernard Rudin: "On a découvert que, pour qu’il y ait de l’effet, il faut que le moustique soit désorienté. Il est important de savoir que c’est la combinaison entre la transpiration et le produit qui attire ou refoule le moustique. On ne peut pas tester le produit tout seul, cela n’a pas de raison d’être."
Chaque bras a passé dans cette cage 10 minutes toutes les heures pendant huit heures. Nos testeurs notaient chaque passage d’un moustique sur la peau et, bien sûr, chaque piqûre.

haut de la page

Retour à "Pharmacie"